Ralentir pour réussir à être heureux

Que faut-il pour être heureux? Et pourquoi court-on toujours plus, plus vite et dans tous les sens pour amasser des biens, des projets, des promotions… qui (c’est sûr !) nous rendrons plus heureux!

Cet article participe à la croisée des blogs de juillet 2015. La thématique en est «Ralentir pour réussir». Malgré mon manque de temps de ces dernières semaines, j’ai décidé d’y participer pour deux raisons.

  1. C’est difficile de faire plus «Zen & Efficace» comme thématique. Et lorsque je lis «ralentir pour réussir» immédiatement pour moi on parle de réussir à être heureux. C’est la seule réussite qui compte n’est-ce pas?
  2. Et puis, j’ai décidé de participer, car les casquettes c’est indigeste

Petite mise en contexte

On a tous (et toutes) chanté cela…

«Il en faut peu pour être heureux
Vraiment très peu pour être heureux
Il faut se satisfaire du nécessaire
Un peu d’eau fraîche et de verdure
Que nous prodigue la nature
Quelques rayons de miel et de soleil.»

Si la nostalgie vous touche, c’est par ici que cela se passe

Il avait fichtrement raison notre ami l’ours Baloo non?

Bon, OK, on ne pourrait pas vivre d’eau fraîche et de miel, mais dans l’idée il a tout compris.

Sérieusement, prendre le temps de savourer le quotidien et ce que la vie nous apporte pour être heureux, c’est la clé, non?

Et puis c’est plutôt facile comme concept n’est-ce pas?

Oui? Alors pourquoi est-ce que vous courrez sans cesse dans tous les sens à la recherche de toujours plus de choses à faire? Et surtout est-ce que vous êtes heureux? Et le serez-vous lorsque vous aurez fini ces nouveaux projets?

La différence entre efficacité et efficience est la clé pour réussir à être heureux

La plupart des gens confondent et parlent d’efficacité en pensant à de l’efficience. C’est pour cela que notre ami Google m’a proposé d’appeler mon blog «Zen & Efficace» alors qu’en fait je parle d’efficience.

La différence?

Laissez-moi vous expliquer avec le même exemple qu’on a utilisé pour me faire comprendre il y a longtemps.

Une horripilante mouche se pose sur votre table et sur votre main, encore et encore… Votre décision est prise: il faut tuer la mouche (c’est un exemple fictif, on se comprend).

Un lance-flamme est une manière très efficace de tuer la mouche. Aucune chance de la rater, c’est rapide et cela demande peu d’effort. C’est TRÈS efficace… mais pas du tout efficient, car vous allez détruire la table, votre intérieur et dépenser du kérosène dispendieux pour une simple mouche…

Une tapette à mouche est tout aussi efficace, mais bien plus efficiente: vous allez utiliser peu d’énergie, ne pas détruire la table ni même bruler votre appartement. Juste la mouche. De manière ciblée. C’est cela l’efficience.

Ralentir pour réussir à être heureux

Le lien avec le fait de ralentir pour réussir à être heureux? C’est simple: dans votre vie, vous n’arriverez pas à tout faire.

Il faut comprendre qu’on n’a qu’une vie et que celle-ci est limitée en temps. Même si vous viviez 200 ans, vous n’auriez pas le temps de tout faire.

Alors, cessez de courir dans tous les sens, de tenter de tout faire, d’être partout, tout le temps.

Filtrez votre emploi du temps et éliminez sans aucune pitié tout ce qui ne vous rend pas heureux (lorsque possible).

Décidez de ne faire que les choses importantes, de ne voir que les personnes importantes pour vous.

Bref, ralentissez et prenez le temps de savourer.

Savourez l’instant présent.

Savourez la 300e lecture de la même histoire des Barbapapa à votre fils.

Savourez le barbecue pour les 40 ans d’un ami ou le café pris avec votre mère.

Savourez le fait de manger sur la terrasse de votre nouvelle maison alors même que 1000 petites choses à faire vous attendent à l’intérieur.

Savourez le fait de ne rien faire un soir, simplement parce que vous n’en avez pas envie.

Ralentisez, savourez et surtout, souvenez-vous qu’il en faut peu pour être heureux…

Vraiment très peu pour être heureux…