La tête dans le guidon

J’ai démarré ces articles parce que j’avais plein de choses à dire et que les écrire dans mon journal personnel de développement me paraissait trop restreint.

Parce que personne d’autre que moi ne le lis.

Je continue d’y écrire, mais cette semaine, je l’ai ouvert et j’ai simplement noté après quelques minutes : « je ne suis pas inspiré ».

J’ai le même problème avec ces articles cette semaine.

C’est dingue, j’avais des tonnes de choses à dire, puis d’un coup plus rien.

L’explication? J’ai la tête dans le guidon.

J’ai pour deux de mes jobs des tâches ces jours d’analyses de données.

C’est très long, très prenant, très intéressant aussi.

Mais du coup mon cerveau ne pense plus qu’à cela.

Il sature avec ces deux tâches.

Plus de places pour le reste.

Pour prendre du recul.

Pour réfléchir à autre chose.

Pour créer.

La solution?

Finir ces deux énormes chantiers aussi vite de possible pour libérer mon cerveau et revenir à mes premières amoures : partager.

Et pour finir au plus vite, la meilleure manière est encore de ce concentrer dessus et de remettre le reste à plus tard.

A tout bientôt donc.