cerveau plus efficace

3 choses à éliminer pour rendre votre cerveau plus efficace

Vous souhaitez avoir un cerveau plus efficace ? Vous pensez qu’il a atteint ses limites ? Voire même que vous ne pourrez jamais lui demander plus ? Vous êtes déjà tellement fatigué… tellement surchargé… comment pourriez-vous rendre votre cerveau plus efficace en prime ?

Déjà en comprenant comment fonctionne votre cerveau globalement.

La vie de votre cerveau est bien remplie.

Le cerveau est un organe fantastique et limité.

Paradoxal ? Par vraiment.

Pour rendre votre cerveau plus efficace, il faut comprendre d’abord qu’il est soumis à des milliers de stimuli par jour. Il doit tout traiter et décider, de façon autonome, de ne vous remonter à la conscience que les choses trop compliquées à traiter en automatique.

Ainsi votre conscience n’a que quelques centaines de stimuli à traiter consciemment.

Ce qui se traite inconsciemment est souvent pris en charge par la mémoire procédurale. Vous savez, c’est par exemple ce qui vous permet de faire un trajet connu en voiture sans vraiment prêter attention à ce qui se passe sur la route. Votre esprit pense à autre chose, mais pourtant vous vous arrêtez aux feux rouges, aux passages piétons et vous freinez en cas de besoin. Et puis, vous arrivez toujours là où vous le souhaitiez.

Tout ou presque est géré au niveau de l’inconscient.

Cela ne veut pas dire que c’est « gratuit ».

En effet, cela demande des efforts à votre cerveau et même si c’est minime à chaque fois, l’addition de tout ce qu’il a à faire en une journée, elle, est loin d’être anodine : cela fatigue votre cerveau.

Du coup, il a moins d’énergie à mettre dans les choses importantes : celles qui sont remontées au niveau de votre conscience et qui demande un traitement important.

Pour avoir un cerveau plus efficace, il faut simplement l’économiser sur les choses sans importance pour lui permettre d’utiliser son énergie sur les choses réellement importantes elles.

Comment avoir un cerveau plus efficace au quotidien.

Et pour rediriger les efforts de votre cerveau, il faut nettoyer votre vie de tout ce qui lui parasite son quotidien.

Tous ces stimuli qui n’arrivent jamais à votre conscience parce que votre cerveau a lui fait le travail de savoir :

  • Qu’est-ce que c’est ?
  • Est-ce que c’est important ?
  • Est-ce que c’est plus important que ce qui occupe la conscience actuellement ou est-ce que cela peut attendre ?

Donc on nettoie et pour se faire, quelques bonnes questions à se poser et réflexes adéquats à prendre.

  1. Eliminez les tâches non-urgentes et non-importantes.

On fait ici référence aux matrices d’Eisenhower qui sont un superbe outil de priorisation pour les personnes qui peinent à s’organiser. L’outil est simple : on classe toutes les tâches que l’on doit faire selon deux axes : importances et urgence. Vous pouvez trouver tous les détails de cet outil dans cet article. Le seul bémol de cet outil pour moi, c’est qu’on lit souvent que les tâches qui atterrissent dans la case « pas important et pas urgent » sont à mettre en priorité moindre.

C’est des foutaises.

Simplement parce que vous ne viderez jamais les 3 autres cases. Il y aura toujours d’autres nouvelles tâches à faire. Toujours. Encore et toujours.

Du coup, les tâches « pas importantes et pas urgentes » ne deviennent que des parasites de votre mauvaise conscience pour vous dire que vous êtes nuls d’avoir remis ces tâches depuis si longtemps.

Mon conseil : poubelle !

Sortez ces tâches de votre vie.

Au pire, la tâche reviendra d’elle-même et vous saurez que, finalement, la case qui leur convient est une autre case. Mais c’est le pire.

Et votre vie se trouve soudain allégée de plein de tâches pas intéressantes que vous avez décidé de ne jamais faire.

Votre cerveau vous dit merci.

  1. Supprimez les personnes toxiques, plaignantes, négatives

Arrêtez de fréquenter ces personnes qui se plaignent du soir au matin.

Celles qui ont toujours les pires malheurs du monde.

Celles qui médisent les autres en vous prenant à témoin.

Celles qui tuent vos rêves car « si ça marchait, ça se saurait »

Celles qui vous apportent des tracas, des soucis, des ennuis.

Celles que vous appréhendez de voir.

Mais que faire si on n’a pas le choix ?

Je réponds qu’on a toujours le choix. Nous sommes des êtres libres nés dans des pays où l’esclavage ne se trouve que dans les livres d’histoires.

Alors non, ce n’est pas toujours facile, mais oui on a le choix.

Il y a 16 ans, j’ai cassé les ponts avec tout mon cercle social qui m’était néfaste. J’ai rencontré peu après des gens formidables qui sont toujours mes amis 16 ans après.

Il y a plus de 20 ans que je n’ai pas vu ma grand-mère. Volontairement. Ni ma tante. Volontairement aussi. Pourtant c’est « ma famille » mais ce n’est pas une excuse pour me pourrir la vie avec.

On a toujours le choix.

Votre vie est votre responsabilité.

Et votre cerveau vous dira merci de l’économiser de ces personnes-là

  1. Séparez-vous des objets inutiles

Séparez-vous des objets qui encombrent votre vie inutilement.

C’est cassé ? On répare ou on jette. On ne stock pas pour le cas où, si un jour, selon le sens du vent et l’alignement des planètes, on risque de le faire réparer. Ou pas.

C’est en doublon ? Donnez-le, cela fera un heureux. Ou vendez-le, cela fera un heureux et des sous.

C’est « juste bon à prendre la poussière » ? Séparez-vous en. Sérieusement, vous avez combien de livre dans votre bibliothèque ? Et à quand remonte la dernière fois où vous avez relu un de ces livres plutôt que d’en acheter un nouveau ? Même si vous êtes un relecteur, 90% de votre bibliothèque ne sera jamais ré-ouverte.

Pareil pour les DVD et blu-ray.

On parle de vos 1257 CD maintenant que tout est sur votre téléphone ?

Le 80% de vos habits que vous ne mettez jamais plus, on va éviter de le mentionner, histoire de ne fâcher personne. Ou on en reparlera lorsque vous régime sera terminé, n’est-ce pas ? En espérant que les pattes d’éph. Et les couleurs fluo soient de nouveau à la mode à ce moment-là

On réfléchira aussi sur les bibelots, les pièces en tout genre, les cadeaux publicitaires…

Vous avez compris l’état d’esprit.

Pour avoir un cerveau plus efficace, il faut lui donner plus de choses importantes à manger et donc lui enlever ce qui ne sert à rien.

Je m’arrête là dans mon développement, mais on aura encore pu parler un peu des engagements sans valeur ajoutée pour vous mais auxquels vous n’osez pas dire non.

Ou de votre abonnement à « cuisine du monde orientale » dont un numéro arrive chaque mois dans votre boite aux lettres alors que votre dernière tentative de cuisine orientale remonte à 3 ans et que vous aviez péché la recette sur internet de toute façon.

Et puis que dire de tous ces temps morts comme les files d’attente ou les transports en commun que vous rentabilisez à merveille en travaillant ardamment votre score au dernier jeu à la mode ou en naviguant frénétiquement sur facebook à la recherche de la dernière chose palpitante de votre ami numéro 127 que vous n’avez jamais rencontré d’ailleurs.

Vous savez maintenant comment rendre votre cerveau plus efficace : filtrez ! Recentrez-vous sur l’essentiel et faites sortir de votre vie tout ce qui ne sert à rien.